Pratiquement, chacun porte en soi le risque de contracter le zona.

Le zona peut être douloureux et ne guérit pas toujours sans conséquences.

Toutes et tous ayant été malades de la varicelle peuvent contracter l’herpès zoster.

Le zona concerne avant tout les personnes âgées.

Les causes du zona

Le virus sommeille souvent depuis longtemps déjà dans l’organisme

L’herpès zoster (zona) est une maladie virale. Elle peut concerner toutes-celles et tous-ceux qui, durant leur enfance, ont contracté la varicelle, une maladie infectieuse hautement contagieuse. Et cela, souvent des décennies plus tard seulement et la plupart du temps quand le système immunitaire est affaibli.1

Le zona et la varicelle se développent à partir du même germe : le virus varicelle-zona qui fait partie des virus de l’herpès. Celui qui a résisté au développement de la maladie le plus souvent bénigne qu’est la varicelle porte le virus dans le corps durant toute sa vie. Il sommeille dans certaines cellules nerveuses du cerveau et de la moelle épinière sous une forme inactive, souvent pendant une longue période. Un système immunitaire sain en est responsable. En présence d’une immunodéficience associée à un âge avancé ou à une maladie limitant le système immunitaire, le virus s’active à nouveau et peut déclencher un herpès zoster.1

Le zona ne comporte pas de risque de contagion. L’herpès zoster n’est causé que par la réactivation du virus de la varicelle dans le propre corps. Le contact avec quelqu’un ayant un zona n’a aucune influence sur la propre réactivation du virus de la varicelle et il ne peut donc pas conduire à l’apparition d’un herpès zoster. Toutefois, les personnes qui n’ont pas été malades de la varicelle peuvent être contaminées par les virus contenus dans les vésicules de l’herpès zoster.1

Symptômes du zona

Reconnaître le zona

Au stade initial du zona, des douleurs, des brûlures, des irritations et des troubles de la sensibilité d’une région du corps sont des signes précurseurs non spécifiques. Puis, le symptôme typique du zona suit –une éruption cutanée sous forme d’une bande située souvent d’un seul côté du corps comme une ceinture sur une zone de la peau alimentée par un nerf spécifique. La peau est tuméfiée et rougie. D’autres symptômes secondaires tels que, par exemple, de la fièvre, un mal-être général de même que des ganglions lymphatiques enflés peuvent apparaître. Ce n’est qu’après quelques jours que de petites vésicules le plus souvent de la taille d’une tête d’épingle se développent et forment une croûte pour finalement guérir. Dans le meilleur des cas, la maladie se termine alors.1, 2

Malheureusement, le zona ne guérit pas toujours sans conséquences. Des infections des zones cutanées concernées avec des bactéries aussi bien que des cicatrices (après guérison des vésicules) sont possibles. Si le zona concerne le visage ou les yeux, une perte de la vision, une surdité ou des paralysies transitoires ne sont pas exclues.2 La complication la plus fréquente du zona est une névralgie post-herpétique : après la phase aigüe, de fortes douleurs souvent chroniques surviennent, pouvant persister plusieurs mois, voire même plusieurs années. La névralgie post-herpétique ne peut être traitée que difficilement et elle peut limiter la qualité de vie. Globalement, 10-30 % des patients avec un herpès zoster souffre d’une névralgie post-herpétique.4-6

Traitement du zona

A temps chez le médecin

Le traitement du zona et de la névralgie post-herpétique est difficile et complexe, en particulier chez les patients âgés avec des maladies chroniques.7, 8, 9

Celui qui suspecte les premiers symptômes d’un herpès zoster devrait consulter immédiatement un médecin. Les vésicules se laissent bien traiter localement avec des lotions apaisantes ayant des propriétés antiseptiques et asséchantes. Le médecin peut prescrire des médicaments antiviraux qui permettent de guérir rapidement les changements cutanés. Ici, il serait important que le traitement débute dans les premières 72 heures.2, 3 Toutefois, les médicaments antiviraux ne peuvent souvent pas empêcher une névralgie post-herpétique.10, 11 De plus, des anticonvulsifs ou des antidépresseurs tricycliques de même que des opioïdes faibles en traitement de deuxième choix et des traitements topiques peuvent être utilisés. S’agissant du traitement des douleurs liées à l’herpès zoster, le paracétamol mais aussi des opioïdes peuvent être prescrits. Parfois, des antidépresseurs sont utilisés pour un contrôle continu des douleurs.2

Empêcher la contagion du zona

Une vaccination peut protéger

Avant tout, si l’on se trouve déjà à un âge moyen voire élevé ou si l’on fait partie d’un groupe à risque (patientes/patients avec un diabète, une BPCO, un asthme ou une dépression), une vaccination est appropriée.7,12

Actuellement, la vaccination est remboursée en totalité ou partiellement par les caisses-maladies si l’on est au bénéfice d’une assurance complémentaire.

Recommandations de l’Office fédéral de la santé publique sur la vaccination contre le zona

L’Office fédéral de la santé publique (OF SP) recommande la vaccination contre l’herpès zoster (zona) pour les personnes âgées entre 65 et 79 ans de même que dans un proche futur, pour les patientes et les patients immunodéprimés âgés entre 50 et 79 ans et elle enregistre la vaccination dans le plan de vaccination Suisse publié par l’OFSP.13

FAQ

  • Qu’est-ce que le zona ?

    L’herpès zoster (zona) est une maladie douloureuse qui concerne les nerfs et les zones cutanées environnantes du corps. L’herpès zoster est causé par le même virus que celui de la varicelle.1

  • Comment le zona est-il causé ?

    Après une varicelle, le virus reste en sommeil dans le système nerveux du corps. Il peut être réactivé en tout temps et causer un zona. 95 pourcents des adultes ont eu une varicelle. Ils sont porteurs du virus causant le zona et ils peuvent développer la maladie.1Le virus réapparaît plus souvent chez les personnes de plus de 50 ans.14 Chez les personnes immunosupprimées, le zona peut survenir plusieurs fois.2

  • Quelle est la probabilité de souffrir d’un zona ?

    Le risque de souffrir d’un zona augmente avec l’âge.4 Cela est lié à l’affaiblissement naturel dû à l’âge du système immunitaire. Le risque d’avoir un zona une fois dans sa vie est de 1 sur 4.15 En Suisse, chaque année, il y a environ 30’000 cas de zona.16

  • Quels sont les symptômes du zona ?

    L’herpès zoster (zona) peut apparaître avec des symptômes modérés à très sévères. Il est difficile de prévoir comment le zona va se développer. Typiquement, une éruption concernant la moitié du corps survient, souvent la partie supérieure, la tête et le cou ou autour des yeux. L’éruption se transforme en vésicules douloureuses remplies de liquide qui éclatent, forment une croûte et guérissent ensuite après quelques semaines.4

    L’herpès zoster n’est pas seulement une éruption. La plupart des personnes souffrent de douleurs brûlantes, piquantes dans la région de l’éruption. Ses douleurs peuvent être constantes ou survenir de manière temporaire (par exemple, à un stade initial du zona). Parfois, de légères sensations telles que celles engendrées par le contact avec des vêtements ou par un vent léger sur la peau peuvent même provoquer des douleurs. Dans les cas sévères, celles-ci sont insupportables.4

  • Combien de temps les douleurs dues au zona persistent-elles ?

    Pendant la phase aigüe de l’herpès zoster (quand l’éruption est présente), les douleurs durent, en moyenne, pendant deux à quatre semaines. Normalement, les douleurs disparaissent lorsque l’éruption est guérie. Pourtant, quelques personnes souffrent de douleurs névralgiques durables pouvant persister durant des mois, voire même des années. On les appelle névralgie post-zoster. Avec l’âge, non seulement le risque de contracter un herpès zoster augmente mais aussi celui de développer des douleurs névralgiques durables. 4

  • Dans quelle mesure le zona influence-t-il la vie quotidienne ?

    Les douleurs liées à l’herpès zoster peuvent exercer un effet négatif sur la vie quotidienne. Une grande partie des personnes concernées disent avoir moins de plaisir à vivre et ressentent la vie sociale, le travail et le sommeil comme étant limités.17

  • Le zona peut-il causer des lésions persistantes ?

    Dans 10 à 20 pourcents des cas, le zona concerne les yeux, entrainant une péjoration de l’acuité visuelle, voire même une cécité de l’œil concerné.
    De surcroît, l’herpès zoster peut causer une perte de la capacité auditive, des infections cutanées, des cicatrices persistantes ou de rares neuropathies périphériques (lésions d’un nerf contrôlant le mouvement) au niveau de la partie du corps concerné.4

  • Le zona est-il contagieux ?

    Il n’est pas possible d’être contaminé par l’herpès zoster. L’herpès zoster n’est causé que par la réactivation du virus de la varicelle présent dans le corps. Le contact avec quelqu’un malade du zona n’a ainsi aucune influence sur la propre réactivation du virus de la varicelle et ne peut donc pas conduire à un herpès zoster. Toutefois, les personnes qui n’ont jamais contracté la varicelle peuvent en être contaminées par les vésicules de l’herpès zoster.1

  • Le zona peut-il être traité ?

    Le traitement de l’herpès zoster et de la névralgie post-herpétique est difficile et complexe. Les médecins peuvent prescrire des médicaments pour apaiser les symptômes et des analgésiques pour réduire les douleurs liées au zona. Le type de traitement peut varier d’une personne à l’autre. Pour que certains traitements soient vraiment effectifs, il est important de les débuter moins de 72 heures après la survenue de l’éruption.2, 3

    Les médicaments utilisés n’ont toutefois que peu d’influence sur le risque d’une névralgie post-herpétique.10, 11

  • Le zona peut-il être prévenu ?

    Dans certaines conditions, une vaccination peut être appropriée. Depuis novembre 2017, la vaccination est recommandée par l’Office fédéral de la santé publique (OF SP) chez les personnes immunocompétentes âgés entre 65 et 79 ans ainsi que dans un futur proche, chez les patientes et les patients âgés entre 50 et 79 ans probablement, respectivement vraisemblablement immunodéprimés. Pour plus d’informations, les médecins, les pharmaciens ou d’autres experts en matière de santé sont à disposition.13

Download & Links

Références

1Varicelle et zona OFSP https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/themen/mensch-gesundheit/uebertragbare-krankheiten/infektionskrankheiten-a-z/windpocken.html, consulté le  30.10.2017.

2Immel-Sehr A. Gefahr aus den Ganglien. Pharmazeutische Zeitung 37; 2016: http://www.pharmazeutische-zeitung.de/index.php?id=65066, consulté le  30.10.2017.

3Beutler M. Herpes Zoster: Frühe Therapie verhindert Komplikationen. Pharmazeutische Zeitung 19; 2006: http://www.pharmazeutische zeitung.de/index.php?id=1205, consulté le  30.10.2017.

4Harpaz R et al. Prevention of herpes zoster: recommendations of The Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP). MMWR Recomm Rep. 2008;57(RR-5):1-30.

5Schiffner-Rohe S et al. Herpes Zoster in Deutschland. MMW 2009; 151: 193 – 197.

6Meister W et al. Demography, Symptomatology, and Course of Disease in Ambulatory Zoster Patients. Intervirolog. 1998;41(6):272 – 277.

7Forbes HJ et al. Quantification of risk factors for herpes zoster: population based case-control study. BMJ. 2014 (13);348:g2911.

8Chen N et al. Antiviral treatment for preventing postherpetic neuralgia. Cochrane Database Syst Rev. 2014;(2):CD006866.

9Rabaud C et al. Early antiviral treatment fails to completely prevent herpes-related pain. Med Mal Infect. 2013;43(11-12):461-6.

10Oster G et al. Antiviral treatment for preventing postherpetic neuralgia. J Pain 2005;6(6):356 – 363.

11Plan de vaccination suisse 2018. Office fédéral de la santé publique et Commission fédérale pour les vaccinations, directives et recommandations, mise à jour 2018

12Guignard AP et al. Risk of herpes zoster among diabetics: a matched cohort study in a US insurance claim database before introduction of vaccination, 1997 – 2006. Infection. 2014;42(4):729 – 35. 4.

13 Office fédéral de la santé publique (OFSP): OFSP  Bulletin  48/2017: Recommandation sur la vaccination contre l’herpès zoster / «zona».

14Yawn BP et al. A population-based study of the incidence and complication rates of herpes zoster before zoster vaccine introduction. Mayo Clin Proc. 2007;82(11):1341-9.

15Miller E, Marshall R, Vurdien J. Epidemiology, outcome and control of varicella-zoster infection. Rev Med Microbiol. 1993;4:222 – 30.

16Eckert N. et al. Varizellen und Herpes Zoster. Ein Virus, zwei Krankheiten und aktuelle Impfempfehlungen in der Schweiz. Therapeutische Umschau. 2016;73:247 – 252.

17Oster G et al. Antiviral treatment for preventing postherpetic neuralgia. J Pain 2005;6(6):356 – 363.

Bitte benutzen Sie einen moderneren Browser